2 sept. 2009

L'algérien.. L'ami du moins!

Je vous explique. Il y a ce gars que je fréquentais.. Un beau grand garçon, vraiment charmant. Tout se passait bien. On avait de bonnes soirées ensemble. Des bonnes bouffes, on se fumait des joints, super baises...

J'ai fait un party chez moi il y a quelques semaines et je l'ai invité. Il m'a demandé si son ami pouvait venir lui-aussi et je n'ai pas refusé, ça me faisait plaisir.

Ils sont arrivés avant tout le monde. Mon amant a passé la porte en premier avec son beau sourire comme d'habitude, et j'ai ensuite vu son ami. J'avoue avoir sentie ma poitrine se serrée un peu. Wow, il était vraiment craquant. Très grand lui aussi, six pieds trois, un sourire à faire chavirer et des yeux d'une innocence tellement mignonne. J'appris plus tard qu'il était tout sauf angélique...
Le party s'est bien déroulé. Tout le monde a bien mangé et bien bu. Pendant tout le temps que je discutais avec l'ami, j'avais l'envie folle de m'agripper à lui et de l'embrasser sauvagement. Je ne pouvais pas faire ça quand même!

Évidemment l'heure avançait et les convives partaient peu à peu. Je commençais à être vraiment avancée dans ma saoulerie.. Les mojitos au rhum brun Bacardi me rendent complètement folle. Je finis toujours par faire des trucs pas de bon sens ;)

Je ne sais plus trop comment c'est arrivé, ni pourquoi, mais je me rappelle très bien qu'à un moment donné, il n'y avait plus personne dans l'appartement, mis à part ces deux jeunes hommes dans mon lit en train de discuter, avec moi étendue au milieu. J'embrassais mon amant pendant que son ami se rapprochait de plus en plus de moi tout en me caressant la cuisse.

La proximité de ces deux hommes virils me rendait vraiment très chaude. Il y avait beaucoup de peau maintenant autour de moi.. Plus de chandail, plus de pantalon.. Je me suis retrouvée nue la première. J'avais quatre mains qui s'occupaient bien de moi, à me caresser, à me frôler, à m'agripper, à me frotter. Je ne savais plus ou me mettre.. Mon taux d'alcool était vraiment très haut alors mes souvenirs sont très vagues.

Je me rappelle qu'à un moment donné, j'avais un sexe bien bandé dans la bouche et que j'avais une langue qui s'enfonçait profondément dans ma chatte pour ensuite se diriger dans mon cul. Le genre de langue qui te fore l'intérieur ouhlala. Cet ami, lui aussi il savait s'y prendre. Et même encore mieux je dirais!

C'est à cet instant qu'il m'a fait vivre quelque chose qui me manquait extrêmement. Il a enfoncé deux doigts dans mon sexe brûlant pour ensuite me pistonner sans scrupule. Ça n'a pris que quelques secondes pour me faire totalement perdre la tête et je ressentie tout le jus de mon éjaculation se répandre sur les couvertures et juter sur mon ventre. Une sensation folle et inexplicable. Une sensation inouïe qui me fait m'abandonner complètement.

Il a dû recommencer au moins trois, quatre, cinq fois je ne m'en souviens plus. Mon lit était trempé, j'étais exténuée. Il était alors cinq heures du matin, c'était le temps de se coucher. L'ami m'a demandé mon numéro pendant que mon amant avait le dos tourné, je lui ai griffonné sur un bout de papier et ils sont partis tous les deux. J'ai dormi comme un loir.

Le lendemain matin, la tête qui tourne, le ventre à l'envers, j'étais tellement excitée par ce qui s'était passé la veille, que j'ai dû me masturber en me remémorant cette nuit folle, deux fois.

Et l'ami, je l'ai revu bien sur...

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Bien Bien ;-) de tito971

Enregistrer un commentaire

J'aime beaucoup avoir vos commentaires, questions, conseils ou autres...