16 févr. 2010

Comme un poisson...

J'en ai déjà parlé quelques fois.. J'ai déjà couché avec mon cousin. Un cousin très proche. Un cousin badboy. Et non je n'ai pas baisé avec lui une fois... Ni deux... Putain, je n'arrive même pas à compter toutes les fois où il m'a baisé la bouche, la chatte et le cul. J'étais son jouet et en même temps il était le miens. Des séances de baises interminables, qui duraient toute la nuit, et le lendemain, et le surlendemain.. Finalement tout le weekend.

Ma chatte devenait un trou béant qui n'en finissait plus à se faire fourrer. Pas que j'aime particulièrement le terme fourrer.. Mais avec lui, c'était bel et bien ce qui se passait. Il me fourrait comme une belle petite salope. Il me défonçait.

Il n'avait pas une queue bien grosse.. Mais je m'en accommodait. Car ses coups de bassins, tellement puissants, voir violent, me faisait jouir à chaque fois. J'adorais me prendre son sperme dans la gueule et qu'il m'attache de toutes les façons possible. Car il était créatif le cousin. Un des amants les plus imaginatifs que j'ai connu. Par chance, je souhaitais tant en rencontrer un autre comme lui, et je crois que TheOne est sur le bon chemin, drogue en moins.

Mais ce cousin, tellement de bons souvenirs malgré tout. Je ne me ferai plus jamais baisé avec autant d'intensité pendant aussi longtemps. Et la gueule qu'il avait putain... Frenchable comme ça pas d'allure. C'est comique car je l'ai revu pendant le temps des fêtes.. Fidèle à lui même, il se réveillait d'une brosse, il avait la gueule de bois et quand je me suis approchée pour l'embrasser (sur les joues maintenant), il sentait lui. Son odeur tellement à lui.. Le mélange de cigarette à la menthe, redbull et de sa peau. Il n'a pas changé.. Quoique il ne se drogue plus paraît-il.. Mais je crains bien qu'il ne se laisser aller à fond dans l'alcool pour compenser.. Ce n'est pas vraiment mieux tant qu'à moi.

Quand j'ai respiré son odeur, plusieurs souvenirs me sont venus en tête. Et je me rappelle de cette soirée, on avait loué une suite dans une chambre d'hôtel.. C'était dans le coin de son anniversaire et il voulait qu'on fasse ça en grand. Alors dès son arrivée chez moi, il a monté pas longtemps et on s'est gobé un peu de speed. Dans sa voiture c'était chaud.. Sa main insistante entre mes cuisses et moi qui les écartaient de plus en plus. La chaleur de la drogue s'emparait de moi.. J'avais tellement hâte qu'on arrive à la chambre. Le genre de motel cheap mais une fois à l'intérieur, on oublie rapidement de quoi ça avait l'air à l'extérieur.

Un barrage de police nous a obligé à faire un détour pour nous y rendre.. L'irresponsable s'était fait suspendre son permis et je l'apprenais à l'instant.. Bon, qu'est-ce que je pouvais bien y faire? On s'est quand même rendu saint et sauf là-bas, il a récupéré les clés et on a apporté tout notre stock à la chambre. Car à chaque fois, on avait des sacs avec notre «matériel».. Il avait toujours avec lui sa caméra vidéo.. Je ne compte plus le nombre d'heures où j'ai été la vedette de ses films.. Il y avait aussi mon appareil photo qu'il aimait particulièrement.. Je devais prendre la pose qu'il exigeait sans me plaindre.. Le stéréo aussi était de la partie, accompagné de plusieurs CD de techno-trance. Le papier à rouler, les allumettes et le pot. L'ecstasy, le speed et des fois la coke.. Même du GH quelques fois.. On y allait vraiment fort. Ah oui, le jouet aussi.. Bigboy.

Ça ressemblait pas mal à ça.. Qu'il vienne chez moi ou qu'on aille à l'hôtel. C'était le party assuré. On était dans les vapes ça c'est certain mais je jouissais tellement, c'était incroyable. On a tout essayé ce qu'on pouvait essayer. Et là-bas, il y avait le bain tourbillon.. J'avais rarement baisé dans l'eau.. Au dessus de l'eau plutôt car avec la capote, on ne pouvait pas trop se submerger. Les bulles qui me caressaient les jambes me faisaient frisonner.. J'avais les cheveux mouillés tout le temps, encore plus frisés que d'habitude, les clopes toujours à porté de main, la caméra pointé sur nous, un film de cul jouant à la télévision tournée dans notre direction.. La musique en plus et sa queue partout. Dans ma bouche pour commencer, des soupirs, des gémissements, des râles. On était des bêtes. De vrais animaux. Le seul but étant de me faire rentrer dedans et lui de me rentrer dedans.

Et cette fois-ci, il avait envie de s'amuser avec des cordes. On est passé dans une boutique pour en acheter assez long.. Il en a passé du temps à me ligoter, à me faire des «kits» comme il disait. À réajuster un nœud pour qu'il soit parfait, à son goût. Mes seins cordés, ma taille sanglée, mes poignets serrés ensemble. Mais c'était plutôt pour faire des trucs mignons que pour me garder en place.. Et quand il me trouvait belle, il me prenait en photo, dans plusieurs positions, me demandant de lui faire des regards cochons en mettant la bouche en coeur. J'étais là agenouillée sur le lit de cet endroit inconnu, où je m'étais fait baisé presque partout déjà, avec ces frissons qui me parcouraient la colonne, la corde rêche sur ma peau et je me frottais la chatte sur mes talons sous moi.

Tant de trips j'ai vécu avec ce p'tit con. Les fins de semaine avec lui étaient tellement dingues, on essayait tant de choses avec excès.. J'imagine que certains couples ne font même pas dans leur vie ce que nous on pouvait faire en un weekend. Haha! Mémorable. Et bon, j'aimais bien qu'il me regarde au travers sa caméra.. Je me sentais sexy et désirée.. Je me mettais plein de lubrifiant au silicone sur la poitrine et je me caressais tranquillement devant lui.. Mes mains glissaient avec plaisir sur mes seins lourds, j'avais les yeux cochons, la bouche humide, la chatte chaude. C'était délicieux de me prendre en main comme ça, je ressentais toute ma chaleur, mes rondeurs et ma douceur. Je me sentais chatte et excitante.

Mais le meilleur là-dedans c'est quand il posait la caméra, je me mettais près de lui et on écoutait ensuite les scènes prises plus tôt. Oufff.. Étrange feeling de se voir sur écran en train de baiser.. On se voit dans toute notre nudité, aucune attache, la liberté. On se laissait tellement aller, on en oubliait le vidéo.. Du sexe pure et dure. Et quand on en avait assez du film de cul à la télé, on mettait le nôtre qu'on venait tout juste de faire, et on se remettait à baiser en se regardant baiser. Complétement fou.

Puis dans l'eau, quand il était assis sur le rebord du bain, les bulles me chatouillant la minette, je lui faisais des pipes à n'en plus finir et il râlait, il était dure comme du rock, toujours bandé comme un étalon la bite pointant le plafond. Je l'ai tellement sucé, je lui ai craché dessus, ses couilles n'avaient plus de secret pour moi. Et quand il me prenait, debout dans le bain.. Il ne fallait pas glisser, il fallait bien se tenir et fléchir les genoux, il me forait sans retenue.

Je me rappelle d'une position pendant cette torride soirée encore.. Elle me fait fantasmer à chaque fois que j'y repense.. J'en reviens pas encore qu'on ne soit pas tombé. En fait, je ne sais pas du tout comment on a fait pour se retrouver là. On était montés sur les rebord du bain.. Il y avait un petit espace juste avant le mur, pour poser des verres par exemple.. Des miroirs entouraient notre terrain de jeu et j'étais placée face au coin. Il s'est retrouvé derrière moi, m'a bien plaqué la face au mur, il y avait de la buée partout sur la glace, le bain tourbillonnant depuis plusieurs heures et c'est là qu'il m'a fourré sa bite dans le cul. Il l'avait déjà bien baisé avant alors il y est entré avec aise, et de sa salive, du lubrifiant et de l'eau, il s'infiltrait en moi, empoigné à mes seins.

On baisait tellement que je n'arrivais même plus à jouir. Mais c'était intense, très intense. L'ecstasy me mettait dans un état délirant.. J'aimerais tant en prendre à nouveau. Ce genre de soirée me plairait encore.. Mais disons que je me péterais un peu moins la face. Mais le bain tourbillon, la chambre d'hôtel.. On peut y faire tout ce qu'on veut, on se fout de tout et on trippe. On utilisait toutes les serviettes de la place et on les lançait par terre. On prenait des douche sans arrêt et on baisait, on baisait. Il y avait des capotes partout, je glissais dessus par terre.. Putain ça pas d'allure d'avoir vécu tout ça avec son cousin. Mais c'était trop bon, j'aurais pas pu refuser... Quel bon coup.

3 commentaires:

Nikita a dit…

Ce récit me fait penser aux weekends de moi et mon copain :P
c'est tellement excitant, je te comprends trop d'aimer ça.
si jamais t'as envie de te joindre à nous... ;)

Alexandra a dit…

@nikita : Sweet..! Merci pour l'invitation hihi :P

Patty a dit…

Ca donne trop trop envie tout ca! Je ne devrais pas lire tes histoires au boulot, ca me met dans des états pas possibles !

Enregistrer un commentaire

J'aime beaucoup avoir vos commentaires, questions, conseils ou autres...