7 avr. 2010

Baise panoramique.

À l'hôtel, avec mon beau TheOne, que je trouve de plus en plus craquant chaque jour. J'aime le regarder. J'aime la façon dont il me regarde. Une chambre très bien, juste assez grande, avec une superbe vue sur une rue calme du Vieux-Québec. Il fait chaud, un record pas d'allure pour un 3 avril. 26 degrés. On s'est promené toute la journée, rencontre familiale, dans les rues de la ville. On a eu chaud, une douche était la bienvenue.

Chacun dans sa chambre, TheOne qui me fait les yeux doux pendant que je regarde par la vitre. Le genre de fenêtre qu'on peut s'asseoir dedans, un livre à la main et y passer la journée. Après être allés sous l'eau, se savonnant mutuellement, tout propres, on s'est laissé tomber sur le lit.

- Combien de temps tu penses qu'on a? Ce serait bien de baiser près de la fenêtre, les coudes appuyés sur le cadre, la tête au soleil, à regarder dehors...
J'ai posé une couverture pour m'y appuyer, plus confortable. Debout, sur la pointe des pieds, j'ai tendu les fesses vers l'arrière pour donner plus de confort à TheOne, qui me léchait le cul. Sa longue langue le plus profond qu'il pouvait dans mon petit anus serré. Il me lapait à grand coup, partant de ma fente dont il écartait les parois, remontant jusqu'en haut de ma craque de fesses. J'étais complétement humidifiée, je sentais mon petit trou bien frais et ma chatte bouillante.

Je continuais à regarder à l'extérieur, tremblante, essayant d'étouffer mes gémissements de ma main, la fenêtre d'à côté, étant celle de mes parents.. J'espérais qu'ils ne l'ai pas ouvert mais je devais quand même me retenir.

- Tu es prête?

TheOne m'a pénétré d'un coup, sans attendre ma réponse. Il savait bien que je l'étais, mon sexe ruisselant sur sa langue et ses doigts.. J'adore quand il m'enfonce un doigt dans le cul, son pouce cette fois-ci, plus large que les autres. De sa main gauche, il s'agrippe à ma hanche et de sa main droite, bien enfoncé dans mon derrière, ses quatre autres doigts appuyés sur le bas de mon dos, il me fait aller et venir sur sa bite dressée.

J'aime tant quand il prend les commandes. Ce qu'il fait la plupart du temps. Je n'ai qu'à le laisser faire et prendre mon pied. Il décide de la vitesse, de l'ardeur, de l'intensité. Bien sûr souvent, je me laisse emporter, comme cette fois-là, et je me pousse un peu vers lui, pour qu'il puisse se rendre bien au fond de ma chatte. Et chacun de mes mini-coups de bassins, me font le plus grand bien, je le sens encore mieux, je me sens possédée, je me sens remplis par sa queue.

Et sa queue, fuck. Elle est tellement dure que j'en reviens pas. Je sais, je le dis souvent.. Mais plus ça va, plus il bande ce petit cochon. La bite toujours en érection, bien bandée, me regardant dans les yeux. N'importe quand, toujours à portée de main.

À tous les matins, je le colle avant de me réveiller et je le touche entre les jambes, question de savoir si ce matin, il bande. Mes réveils en sont encore meilleurs quand c'est le cas. De la savoir si jacké à côté de moi mmmmmm... Et si un matin il est plutôt mou, je l'attrape et je le serre fort entre mes doigts, jusqu'à ce que je l'entende gémir timidement.. Et voilà, il bande. Comme j'aime.

Donc, le visage au vent, le soleil dans les yeux, les mains sur le cadre de la fenêtre, mes seins bien en vue aux oiseaux, une bite dans la fente, je suis aux anges. TheOne s'est bien affairé dans mon trou bien gluant.. Mais pas longtemps. Je ne sais pas si c'est l'endroit, la situation ou tout simplement une coïncidence, mais il est venu en moins de deux! Il m'a aspergé l'intérieur de tout son jus dans un râle étouffé, plutôt excitant.

J'en avais pas eu pour mon argent, il le savait, et je savais qu'il allait s'en repentir. Il est passé à la salle de bain, et pendant ce temps là, je suis allée m'étendre, jambes ouvertes, sur le lit blanc tout frais, mon index sur mon clito gonflé. Mmmm.. J'étais toute collante, voir visqueuse, le sperme de TheOne m'aidant à faire glisser mes doigts contre mes douces muqueuses.

Il est revenu me voir, sachant très bien quelle était sa tâche. Il allait s'asseoir face à moi, entre mes jambes, mais je l'ai invité à se coucher à côté de moi, je voulais ses lèvres à ma disposition, ses yeux près des miens et sa main sur mon sexe. Il a su rapidement faire monter l'excitation en moi. Il ne manquait pas grand chose tout de même, j'étais sur le point de jouir et j'ai vu, entre mes yeux mi-clos.. Et j'ai senti aussi, appuyé sur ma cuisse gauche, son sexe redressé, prêt à attaquer à nouveau. Il n'en était pas encore à son meilleur, mais quelques coups de poignets en finirait de lui.

- Encore.

À nouveau, il s'est infiltré en moi, doucement mais sûrement, jusqu'au fond, ma chatte poisseuse succionnant sa peau à chaque entrée. J'aime quand il me prend comme ça, on se regarde dans les yeux, aucune hésitation, aucune gène. Mes lèvres entrouvertes, pour laisser passer ma respiration haletante, mes jambes écartées, pour ressentir toute sa présence en moi.

J'ai eu de la difficulté à jouir, ne pouvant pas me laisser aller dans mes gémissements, la famille étant juste à côté. J'ai dû poser ma main à nouveau sur ma bouche, et j'ai finalement pu atteindre le septième ciel. Putain que c'était bon. Il faisait toujours chaud, les couvertures étaient maintenant trempées de sueur. Après avoir profité de cet instant enlacés, nous sommes retournés à la douche, question de ne pas sentir le cul à plein nez. En famille ou ailleurs, c'est pas très chic.

Ça valait la peine d'attendre?

4 commentaires:

mesfantasmes a dit…

Tu sembles avoir passé une fin de semaine vraiment belle! :D

Philo a dit…

Oui ça valait la peine d'attendre ...
Pas très chic, mais très bandant quand même ;)
On en reprendrait bien un morceau !

Alexandra a dit…

@mesfantasmes : Grrr! Oui c'était une excellente fin de semaine ;)

@philo : Toujours plus hein? Hehe..

lasuccuba a dit…

mmmhhhh, j'aime les chambres d'hôtel et ce que je préfère par dessus tout, c'est sentir le cul, justement ;)

Enregistrer un commentaire

J'aime beaucoup avoir vos commentaires, questions, conseils ou autres...