16 juin 2010

La chatte à l'air.

Bon, je vous ai épargné les détails ces deux derniers jours.. Évidemment, j'ai baisé lundi et mardi, mais à quoi bon tout raconter si ce ne sont que des baises straight.. Bon, straight pour un peut vouloir dire extravaguant pour l'autre, ça dépend. Quelques claques sur les fesses, un doigt dans mon cul, de la salive qui coule dans ma craque de fesses, la chatte bouillante et juteuse qui dégoûte sur le lit, quelques tapes dans mon visage, les doigts de TheOne bien serrés autour de mon cou et une jouissance sans retenue.

Mardi il me baisait solidement quand sa bite est ressortie en glissant et s'est presque pliée en deux en essayant de me pénétrer à nouveau. J'ai eu mal, et lui encore plus.. Pauvre petit garçon. Il a essayé de continuer mais il a finalement débandé.. Dommage, on était tous les deux dans un élan d'extase, sur le point de jouir.

Je ne pouvais plus le toucher, pour un moment du moins, mais moi j'étais chaude comme jamais et j'ai approché mon doigt de mon petit clito gonflé. Vous savez bien que mon mec n'allait pas me laisser dans cet était là. Compassion. J'avais les jambes bien écartées et c'est rapidement qu'il a accordé les mouvements de ses doigts aux miens. Deux, peut-être trois de ses doigts dans ma chatte ruisselante en ont terminé avec moi.

Je les sentais bien, frottant sur mes parois, j'étais mouillée mais j'aurais dû lui dire d'ajouter du lubrifiant. Je n'osais pas au cas-où il aurait voulu ajouter sa langue au ménage. Il l'ai fait et je n'ai pas regretté. Sa douce et moelleuse langue sur mon clito, s'activant de plus en plus vite, pointée pour y mettre plus d'ardeur. J'ai jouis de ses doigts, de sa langue en criant comme une folle. Je le répète, j'ai l'impression de jouir tellement plus quand il me baise de ses doigts. Ma chatte a plus de place pour se contracter et ça me rend dingue hummmm...

Mais malheureusement, l'activation de ses doigts dans ma fente a laissé des conséquences... Je me suis réveillée hier matin avec la chatte en feu, brûlante mais cette fois-ci pas pour les mêmes raisons. Serait-ce la rugosité de ses doigts d'homme de construction qui m'a fait ça? Il s'était pourtant lavé les mains, mais il reste toujours quelque chose on dirait et là, j'étais irrité à souhait. Même m'asseoir sur mon vélo me faisait mal.

Bon c'est vrai, la veille aussi j'avais tout bien rasé ma petite chatte, laissant une belle ligne verticale assez large, un beau look. Mes grandes lèvres étaient lisses comme de la peau de bébé.. Mais le mariage des doigts de mon homme et de la lame du rasoir ne faisait pas bon effet. J'étais pourtant excitée pendant la journée de hier, lisant un texte sur les orgies.. J'avais écrit à TheOne pour lui dire que j'avais envie de lui et il m'a dit dès que je rentre à l'appart.

Pourtant à mon arrivée, ce n'était pas de sa queue dont j'avais envie, mais plutôt d'une débarbouillette fraîche pour apaiser le feu entre mes jambes. Pffff.. Il faut bien s'occuper de sa chatte. Nous sommes partis en pique-nique au parc. Encore une fois, le parc Maisonneuve. Comment est-ce que j'aurais pu m'empêcher de ne pas toucher TheOne?

Assis sous un arbre au soleil, une nappe posée sur l'herbe, tout près de la piste cyclable, on s'était apporté un bon lunch. Même des morceaux de melon d'eau trempées dans le vodka depuis deux jours miam. Je me suis retrouvée couchée sur le dos ensuite, la main dans les culottes de mon mec. Il n'avait pas mis de boxer le vilain. Ses fesses au soleil était douces, chaudes et moelleuse.. Totalement excitant. Son sexe se dressait de plus en plus et je le masturbais, nonchalamment, pendant qu'on regardait les gens autour, une fille en short hyper court qui faisait du rollerblade, un mec en kit de vélo le cul bien moulé dans ses cuissards hummm... Entrecoupé de regard entre nous deux, baisers furtifs ou bien plus langoureux, la langue dans la bouche de l'autre. Une soirée parfaite.

TheOne me pinçait les seins tour à tour. Par dessus mon chandail au départ, et en dessous en suite. Les gens autour n'y voyait que du feu, bien occupés à leur affaires. Pourquoi s'en empêcher! Je m'étais quand même abritée comme je pouvais avec la veste de mon mec.. Par dessus mes jambes.. Je n'en pouvais plus qu'il me caresses les tétons comme ça, j'avais envie qu'il caresse gentiment la petite motte entre mes cuisses. Il n'osait pas trop car il savait que j'avais mal.. Je lui avais même dit plus tôt que je craignais qu'on ne puisse pas baiser aujourd'hui.

Mais d'avoir son membre dressé entre mes doigts m'excitait tant.. Du bout du doigt s'il-te-plaît, tout doucement, fait moi jouir. Et pendant une vingtaine de minutes au moins, je lui ai crossé la queue.. Je le fais rarement jouir comme ça, c'est beaucoup trop long, on est souvent trop pressés à passer aux choses sérieuses, mais là on avait le temps... Et pendant qu'il commençait à m'astiquer le bourgeon, il m'a averti qu'il était sur le point de jouir. Il fallait faire attention, à ce qu'il n'asperge pas mes short ni mon chandail.. Je me suis poussée un peu, continuant de façon régulière à le masser, il m'a dit t'arrête pas et j'ai pas arrêté. Il a poussé deux gémissements je crois, assez subtil pour pas que les autres entendent mais moi je savais ce que ça voulait dire.. Et j'ai regardé son gland, son beau gland tout rouge.. Et lui aussi observait en même temps, et j'ai vu le liquide blanc, crémeux et épais couler le long de ma main. Sur le dessus de ma main, pour redescendre à mon poignet mmmmmm... Il y a un certain avantage à ne pas gicler comme un dingue. Ni vu ni connu.

J'ai ralenti mon rythme, j'ai laissé mon mec reprendre ses esprits et j'ai attrapé un mouchoir dans mon sac. Une fois le tout bien nettoyé, je l'ai embrassé sur la bouche et je me suis couchée sur le dos. J'ai remonté un peu la veste qui me couvrait et j'ai descendu juste assez mes shorts. L'accès était plus facile ainsi et c'est ma main que j'ai plongé dans mon jus de chatte. TheOne me regardait faire et je lui ai dis que je voulais son doigt à lui.

J'étais vraiment excitée, son doigt sur mon clito, la sensation de plaisir parcourant mon corps, c'était bon. J'aurais pu le laisser faire comme ça toute la soirée.. Mais je n'arrivais pas à jouir. J'ai tellement l'habitude de me laisser aller, de pousser des gémissements ou bien de bouger, laisser trembler mes jambes mais surtout de soupirer.. Là, je m'empêchais de le faire et ça me freinait. J'ai dit à TheOne d'arrêter, que j'allais reprendre la relève. Si je voulais jouir vite, c'était la meilleure façon.. J'étais coulante de plaisir, en ébullition. J'ai pu y aller à mon rythme, plus ou moins vite et finalement, enveloppée du bras de mon homme, je me suis mise à trembler de tout mon corps, mordant mes lèvres pour ne pas émettre un son et l'onde de jouissance est passée dans mon corps et a terminé dans le haut de ma colonne vertébrale.

Fiou! Que c'était bien de jouir comme ça, au chaud dans le creux de l'épaule de mon mec, sur l'herbe fraîche, la chaleur du coucher de soleil en arrière plan. Encore une fois, on avait été bien vilain dans le parc Maisonneuve. J'adore ce parc.

2 commentaires:

mesfantasmes a dit…

Ouhhh Alexandra tu me fais fantasmer! J'ai planifié un pique-nique là-bas ce week-end, ça donne des idées!

Ça serait excitant de vous croiser tous les deux, bien concentrés à vos ébats... ;-)

Daniel a dit…

Bravo et merci de partager tes fantasmes.

Enregistrer un commentaire

J'aime beaucoup avoir vos commentaires, questions, conseils ou autres...