4 août 2010

Salope d'auberge.

Après notre nuit de camping au Lac St-Jean, nous nous sommes dirigés vers Québec. Malheureusement, la journée s'annonçait très pluvieuse.. Et moi qui avait envie d'aller aux glissades d'eau de Valcartier. Ce sera pour une autre fois.

On a longé le Lac St-Jean et on s'est arrêté à un belvédère, où on pouvait voir l'horizon et quelques montagnes qui se détachaient au loin. C'était vraiment très beau! La pluie n'était pas encore arrivée mais le vent soufflait. TheOne était derrière moi, mes fesses bien appuyées sur lui et il me tenait dans ses bras. Le paradis.

On avait toute la journée devant nous! Nous sommes arrêtés à un musée et sommes repartis sur la route. J'ai trouvé le temps long. J'aime pas trop faire de la voiture.. Et en plus avec ce temps merdique, la pluie rentrait par l'ouverture des fenêtres.. Il fallait les fermer, c'était chaud!

Au moins, j'étais en compagnie de mon chum, l'homme de ma vie. Direction Québec. Au diable le camping, ce sera notre soirée de «luxe»! Luxe c'est un grand mot, mais on a décidé de se trouver un chambre quelque part. On a abouti dans une auberge sur la rue St-Jean, pas trop loin du restaurant où on a souper plus tard.

Il était temps qu'on trouve cette place où coucher, j'avoue que de virailler partout à chercher un hôtel, ça ne m'a pas particulièrement amusé. Une chance qu'on avait le GPS avec nous! Mais je commençais à être très mausade, comme le temps.
Les valises à l'intérieur, la porte fermée, chacun notre tour dans la douche. J'y suis allée la première, ça faisait trop du bien et j'ai attendue TheOne nue sur le lit. C'est toujours amusant d'être dans un lit inconnu, dans une pièce inconnue entourés de pleins de choses qui ne nous appartiennent pas. Disons que le look de la place laissait à désirer mais le matelas était pas mal confortable. En plus, la chambre était fraîche malgré l'humidité extérieure. Vive la clim!

Depuis la journée d'avant, nous étions vraiment dans un mood très chaud tous les deux.. Il nous restait pas mal de temps avant l'heure du souper, de toute façon, on avait pas faim et il fallait bien qu'on profite de cette pièce louée.

C'est comme ça que je me suis retrouvée pliée en deux sur le lit, le ventre sur le matelas, les jambes touchant terre et mon mec derrière moi. Qu'est-ce qu'il me voulait encore? J'avais pourtant tellement envie qu'il me baise la chatte mais faut pas oublier, j'avais mes règles.. Et surtout, on venait tout juste de sortir de la douche.

Juste avant, j'avais ouvert une bouteille de rouge qu'on s'est enfilé en moins de deux. On avait la tête qui tournait légèrement, la fatigue du voyage accumulé.. En fait, un très bon mood pour une partie de jambe en l'air.

TheOne a pas eu trop besoin de m'écarter les fesses, je cambrais les reins comme une folle impatiente de l'avoir en moi. Je me rappelais la veille quand il m'a prise dans la tente et je mouillais juste à y penser. Une bonne dose de lubrifiant sur mon anus et aussi sur sa queue bandée et voilà, il se retrouva dans mon cul pour la deuxième fois du voyage. Putain que c'était bon.

Encore cette sensation d'impuissance, de soumission et de jouissance extrême quand il s'empare de mon petit trou. J'avais les jambes molles, difficile de me retenir quand toutes mes pensées s'en allait vers la sensation de sa bite dure dans mon cul. Il allait et venait dans le bon rythme. Lentement au début, question de s'habituer, soutenu ensuite et déchaîné pour terminer.

Wow! J'ai dû jouir en moins de trois minutes. Lui aussi d'ailleurs car il s'est fait un plaisir de me remplir le cul de son sperme. J'ai même eu la joie de ressentir les spasmes de son sexe giclant à l'intérieur de moi tellement je serrais fort.

J'étais démolie, maganée comme on pourrait dire. L'orgasme si puissant de l'orgasme me met en miette. J'aurais pu dormir drette là. Je me suis étendue sur le lit, mes mains sous ma tête.. Je me suis endormie pendant 5 minutes je crois, je me suis même bavé dessus. TheOne a été assez gentil pour me laisser faire mais il m'a réveillé avec délicatesse.

Je me sentais bien et très, très détendue. Quand j'ai réussi à revenir à la réalité, je suis passée à la toilette pour un mini-clean-up et j'ai enfilé une robe pour aller au restaurant! La bouffe était fantastique! Un resto simple et sans flafla, marocain, où on pouvait apporter notre vin. Le propriétaire plus que sympathique et on a bien mangé oh que oui!

Une autre bouteille de rouge dans le corps ouffff.. À deux quand même. Disons qu'on avait la langue bien déliée, quoique c'est déjà dans nos habitudes. On parlait de sexe, de préférences, des habitudes sexuelles des jeunes d'aujourd'hui.. De pleins de trucs que les madames de la table d'à-côté avaient l'air d'écouter! Je crois qu'on les a choquées un peu mais bon, c'est pas ma faute si elles avaient rien à se raconter. Nous on a passé une excellente soirée.

Après la bouffe je ne savais pas trop si j'avais la tête à sortir ou bien à rentrer tout simplement. Nos pas nous ont dirigés instinctivement vers l'auberge. TheOne était plus vilain que jamais. On est entré par la grande porte. Spécial cette auberge. Un style de château, avec des meubles de style Louis XIV. Dès l'entrée il y a deux salons, un à gauche, l'autre à droite. Celui de droite est juste à côté de la table à dîner, c'est là qu'on prendra notre déjeuner le lendemain matin.

Il était passé minuit, nous étions seuls en bas. TheOne m'a prise par la main et m'a fait asseoir sur le beau sofa pas du tout confortable du salon de droite. Il a sorti courageusement son sexe en moins de deux, je l'avais déjà dans la bouche. Il n'a pas perdu de temps avant de m'offrir une belle érection palpitante. Miam. Il était parfait comme dessert. Ça n'a pas duré trop longtemps car je voulais monter dans la chambre, j'ai eu l'occasion de mettre un pied sur l'escalier, TheOne m'a emporté vers le deuxième salon. Il avait envie que je le suce là-aussi. Et ensuite ça été dans les marches! Fuck c'était trillant, on ne savait pas si on allait se faire prendre, quelqu'un aurait pu sortir de sa chambre ou arriver par la porte du bas sans avertir.

Disons que c'était un parfait turn-on avant d'arriver à la chambre. Je ne me souviens même plus d'avoir enlevé mes vêtements, par chance, je l'avais fait une fois la porte refermée! J'étais over excitée, TheOne était agressif, mais agressif cochon.. Ça me faisait encore plus d'effet. C'est lui qui a décidé tout ce qui se passait, me tenant par la gorge pour se faire sucer à nouveau, encore plus profond. J'avais les larmes au yeux, du mal à respirer mais je trippais à fond.

Je lui bavais sur la queue comme ça pas d'allure, plus il la rentrait creux, plus je salivais.. Ça dégoûtait sur mon menton et il l'avait toute luisante et glissante. Je voulais tellement qu'il me prenne, je l'ai supplié de baiser ma petite chatte. Je savais que ce n'était pas la meilleure idée, mais je ne pouvais pas le laisser s'attaquer à mon cul une deuxième fois dans la même journée quand même!

Bon garçon comme il est, il s'est affairé à la tâche, me prenant à quatre pattes sur le lit. Au bout d'un moment, on a dû arrêter... Je sais, c'est pas trop ragoûtant, mais c'est vrai que c'est pas la meilleure idée de baiser au deuxième jour de mes règles. Un tour dans la douche.

La façon dont était fait la chambre était étrange.. Il y avait une porte, la porte avec serrure entre la chambre et la salle de bain. On dirait qu'elle avait été ajouté par la suite. Mais la seule porte qui séparait la salle de bain et le couloir était une pseudo-porte de garde-robe pliante. Disons que l'idée qu'il vienne me baiser dans la douche ne m'est pas passé par la tête.

Je suis retourné sur le lit rejoindre TheOne. Il était toujours là, fidèle au poste, bandé comme un cheval. Voir sa queue si dure, si haute, si délicieuse comme ça devant moi m'a fait changé d'idée. Il allait me baiser le cul à nouveau. Il fallait que je vienne, il fallait qu'il me pénètre.

Dans la même position que plus tôt, j'en ai pris en sacrament. Il a baisé mon cul comme si c'était ma chatte. Ça devait être encore dilaté depuis la passe plus tôt. Par contre quand on le fait deux fois, j'en ai besoin de plus encore.. Je le sens bien, mais pas aussi bien, je suis moins serrée faut dire. Alors c'était comme une attaque, il a pratiquement violé mon anus. J'avais pas mal, j'étais aux anges. Il a fallu qu'il y aille le plus fort, le plus solide et profond possible pour me faire jouir. Mais crisse que c'était bon. On était déchaînés. C'est fou comment l'alcool peut nous rendre encore plus animal.

C'était la troisième fois que je me faisais enculé cette semaine là, ce fût la dernière. Faut pas l'user ce pauvre cul.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Salut ! imagine si il t`aurai claquer les fesses en plus next time ... Francois

Alexandra a dit…

@francois : Hummm... Je suis certaine qu'il l'a fait quelques fois! J'ai dû oublié de le mentionner :P

Anonyme a dit…

olala tu me donne envie carrément... t'en a de la chance !! humm !

Enregistrer un commentaire

J'aime beaucoup avoir vos commentaires, questions, conseils ou autres...