28 déc. 2009

Le gars de la région.

C'est toujours bien de se retrouver à la maison familiale pendant le temps des fêtes. J'aime bien aussi aller me promener sur les rues, aller dans des cafés ou prendre un verre quelque part, on ne sait jamais sur qui on va tomber. Je ne connais plus beaucoup de monde dans mon coin, certains ont eux aussi quitté la ville, d'autres se sont retrouvés en couple et ne sortent pratiquement plus ou je ne les reconnais plus peut-être...

Mais il m'arrive presque à chaque année de tomber sur un visage connu. Quelqu'un avec qui j'allais à l'école ou bien une personne qui habitais mon quartier.. La plupart reviennent d'ailleurs en région voir leurs parents pendant les vacances. C'est ce qui m'est arrivé la journée après Noël.



J'étais avec ma sœur et quelques-uns de mes amis, un que je ne retrouve qu'à Noël et l'autre qui vient de Montréal mais habite à quelque pas de chez moi là-bas.. Nous sommes allé prendre une bière dans le «centre-ville». Au moins il y a cette place où on peut se retrouver.. Ils font même leur propre bière qui est pas mal du tout et ce n'est pas trop jeune comparé aux quelques autres places.

J'étais au bar attendant le barmaid et je regardais autour de moi, toujours à la recherche d'un regard familier.. J'ai finalement pu passer ma commande et une fois le verre bien rempli dans ma main, je me suis retournée et j'ai croisé ses yeux.. Je n'en revenais pas! Ce mec, je me rappelle très bien de son nom, comme l'oublier.. Dans le temps que j'habitais là-bas, il y en a eu des partys, il y en a eu des brosse dans le parc.. Plusieurs se ramassaient dans le bois, par terre ou dans une tente.. Et comme on faisait dans se temps-là, on «fouerrait» qu'on disait.

Ça n'impliquait pas grand chose d'ailleurs.. Nous étions jeunes, 15 ans tout au plus, et on frenchait, on frenchait et on frenchait. Il me semble que nous avions aussi les mains plutôt baladeuse, mais je ne me rappelle plus trop.. En fait oui, mais je ne crois pas avoir touché l'entre-jambe d'un garçon dans ce temps-là.. Rarement du moins.. Jusqu'à la première fois où je me suis fait baisé dans le lit de ma meilleure amie.

Je me rappelle d'une soirée particulièrement où au moins la moitié du quartier avait décidé d'aller se «tenter» dans le bois tout près. Il y en avait des tentes.. ! Une vingtaine au moins.. Et un grand feu, immense avec tout le monde assis autour. Et moi j'étais où? Après avoir bu mes deux king-can de Black Label.. J'étais pas très loin.. Mais un peu amoché, et le mec de la région aussi.. J'étais avec lui, dans sa tente, en sous-vêtements. Oui il faisait chaud là-dedans.. Une douce soirée d'été.. On entendait les gens crier et courir autour.. Personne pour nous déranger, personne pour se demander où on était passé. Tout le monde était tellement saouls, le feu crépitait et le ciel était merveilleusement étoilé.

J'ai dû passé toute la soirée avec lui, j'avais pas envie de ressortir de là et lui me tenait bien serré contre lui. On s'embrassait à bouche grande ouverte, sans arrêt, ses mains passaient dans mon dos pour revenir sur mes seins. Disons que dans ce temps là, j'étais une des seules filles du coin à avoir une poitrine aussi développée.. Et bien dodue. Ça m'aidait avec les mecs c'est certains.. Je sais qu'il y en a plusieurs qui ne m'auraient jamais embrassé si ce n'était pour me toucher les seins. Mais bon, c'est comme ça.. Je me plaignais pas..

Mais ce mec, un beau grand garçon de six pieds un, une gueule carrée, une belle gueule, des lèvres tendres et un regard surtout, un regard à me faire chavirer.. Oh et ses mains.. Je ne les avais pas oublié non plus, des grandes mains, parfaites pour pouvoir me toucher comme il le fallait.

Nous étions jeunes.. Je n'avais pas baisé encore à l'époque.. On avait passé trois heures dans cette tente à s'embrasser, à s'empoigner, à se frotter.. Jamais sa main n'est entrée dans ma culotte, ni la mienne, ni ma langue sur son sexe d'ailleurs. J'étais vierge! Je ne me rappelle même plus que j'ai pu l'être.

Même chose partout, la fois où devant le feu dans la cours derrière chez moi, nous attendions sans nous le dire tous les deux, que tout le monde parte enfin, qu'ils rentrent chez eux pour nous laisser seuls. Il y avait toujours ce gars avec une trop grande gueule qui parlait et parlait mais rendu à quatre heures du matin il a fini par partir.. Je m'endormais tellement, lui aussi, mais je ne voulais pas laisser passer cette occasion. Dès qu'il fût parti, je me suis rapprochée de lui et je ne sais plus comment, mais on s'est retrouvé tout deux par terre dans la remise. La remise pas très propre, avec la tondeuse à côté et l'odeur d'essence qui nous envahissait. Il commençait à faire clair dehors, et si mon père se réveillait et nous prenait ça n'aurait pas été beau.. Mais je m'en foutais, j'avais envie de toucher ce mec et de sentir sa langue sur moi.

Encore une fois, ça n'a été que du frotti-frotta.. Voilà ça se passait comme ça, dans ce temps-là. Je le revois bien entre mes jambes, à faire son mouvement de va-et-vient, à bouger du bassin et se frotter la queue sur moi comme si il me baisait. Je me sais pas pourquoi on l'a jamais fait.. Nous étions gênés j'imagine.. Ou bien on ne voulait pas se rendre là, ces caresses nous satisfaisait.

Quand je repense à ce mec j'en suis presque déçue, déçue de ne pas m'être fait prendre par cet homme trop viril.. Mais le 26 décembre, quand j'ai croisé ses yeux, je me suis demandé si ça n'était pas possible..

Il m'a reconnu lui aussi mais je pense qu'il n'était pas bien certain que c'était moi et il a continué sa route jusqu'à sa table. Il était avec quelques amis, à rire fort et à boire, par chance, il n'y avait aucune fille avec eux. Il est sûrement le genre de mec à s'être déjà casé, à avoir une maison avec sa blonde qui attend un enfant.. Mais bon, je m'en fous, j'en savais rien tant que je ne lui avais pas parlé.

Je suis retournée à ma table rejoindre mes amis pour potiner un peu et raconter à ma sœur qui j'avais vu. Elle en revenait pas elle non plus.. Et oui il était beau quand il était jeune.. Mais là, oufff.. Quelle homme! Les épaules carrées, un regard confiant, une démarche viril et toujours sa belle petite gueule à frencher. Woah j'en revenais pas..! Je ne savais pas si j'allais oser lui parler, c'est pas mon genre de prendre les devants.. Et ma sœur qui me poussait dans le dos, come on vas-y, t'as rien à perdre.

J'ai finalement pris mon courage à deux mains, la bière presque callée aidant.. En fait, j'ai attendu qu'il se lève de sa table et il se dirigeait vers la salle de bain. J'ai marché rapidement jusqu'à lui et ait créé un face-à-face. J'ai pris mon plus beau sourire et je me suis lancée. Salut, tu te rappelles de moi et blablabla.. Oui bien sûr il se rappelait de moi, petit sourire coquin, tape sur l'épaule de ma part.. On a jasé comme ça debout pendant cinq minutes environ et il m'a promis venir faire un tour à ma table un peu plus tard.

J'ai regagné ma table avec empressement et j'étais bien heureuse d'avoir fait le move. Il me plaisait encore, qui sait ce qui pouvait arriver.. La soirée se passait bien, ça jasait fort, ça riait beaucoup et la bière coulait à flot, accompagné de quelques petits shooters. À un moment j'ai senti une main sur mon épaule et c'était le gars de la région qui tenait une chaise dans sa main. On lui a fait un peu de place autour de la table et il s'est assis tout près de moi, nos genoux se touchaient.. Aïe! Mais il le fait exprès ou quoi?

On a parlé longtemps de nos nouvelles vies, on ne s'étaient pas vu depuis 10 ans c'est dingue.. On s'est remémoré aussi des partys fous, des brosses au parc, d'autres gens de qui j'ai pris des nouvelles.. Et on a finalement abordé le sujet de nos soirées frenchage.. Ouhla. Il avait lui aussi de bons souvenirs de ça et je lui ai confirmé que moi aussi. Il n'y avait plus la gêne comme dans le temps, on se parlait directement dans les yeux et le vilain, il avait toujours son petite sourire en coin que je n'étais pas certaine de comprendre.

J'ai fini par lui dire qu'il avait l'air d'un gars qui avait quelque chose derrière la tête. Il ne m'a pas contredit. Ce n'est que quand il a glissé sa main un peu sous la table sur ma cuisse que j'ai vraiment compris. J'avais chaud, tellement chaud. Je sentais mon visage bouillir et j'avoue que je ne me sentais pas très à l'aise avec mes amis autour de la table et ma chatte qui pulsait dans mes jeans. Il s'est approché de mon oreille et m'a demandé si j'avais envie qu'on aille faire un tour de voiture..

J'étais pas certaine de vouloir, il avait bu pas mal quand même, j'aime pas trop prendre des risques de la sorte.. Mais il m'a dit de pas m'inquiéter, on irait pas bien loin. Il se faisait tard, il était deux heures du matin et je voyais que certains de mes amis allaient partir bientôt, j'ai donc décidé de me laisser aller, je les ai tous embrassés en leur souhaitant encore un Joyeux Noël, j'ai rassuré ma sœur que je serais à la maison demain matin et nous sommes partis.

De gros flocons tombaient du ciel et ça donnait vraiment un air magique dans les rues! On est passé dans une ruelle et c'est là qu'il m'a attrapé par la main pour m'attirer vers lui.. Ses lèvres étaient sur les miennes et sa langue de faufilait dans ma bouche.. Humm.. J'avais oublié comment il embrassait.. Ça me revenait petit à petit, sa langue, son odeur, son intensité. Je reculais de plus en plus, je manquais d'équilibre et je me suis retrouvée appuyée contre le mur.. Il me dévorait des yeux et il faisait chaud, encore plus chaud!

Il m'a prise par le cou et m'a entrainée vers sa voiture. On s'est assis tous les deux et il a mis le contact. Il m'a regardé et m'a embrassé à nouveau.. J'étais tellement excitée à ce moment là.. Il a approché sa main et l'a passé entre mes cuisses. Et là il me parlait et me disait qu'il y avait tellement de choses qu'on avait pas fait ensemble qu'il aimerait bien avoir la chance de faire avec moi.. À ce moment là je ne savais même pas s'il était engagé, il ne m'avait pas posé de question non plus, mais nous étions tous les deux dans notre ville natale, loin de la réalité et je pense qu'on s'en foutait pas mal..

Il continuait à m'embrasser et il m'a demandé où nous allions.. J'en savais rien, je n'avais que la maison de mes parents comme refuge, lui aussi d'ailleurs.. Pas le moment pour prendre une chambre d'hôtel quand même, on en était pas là.. Il m'a demandé si je trouvais sa voiture confortable.. Haha.. Je le voyais venir le vilain. La voiture se réchauffait peu à peu et je me suis dit pourquoi pas, j'avais jamais fait ça. On était dans un parking de centre d'achat.. Il n'y avait presque pas de voitures autour de nous, la soirée après Noël c'est mort dans les rues.. Et bon, en plus il ne conduirait pas tout de suite, il n'y avait aucun risque.

On a enlevé nos manteaux et on s'est déplacé sur la banquette arrière. J'y croyais pas que j'allais faire des cochonneries dans une voiture! C'est comme dans les films, j'avais toujours trouvé ça hot sans jamais avoir eu l'occasion de le faire.. Bon peut-être une fois ou deux, mais jamais avec un mec aussi sexy. Il est plutôt grand alors je ne voyais qu'une seule façon d'agir. Je l'ai enjambé et me suis retrouvée à califourchon sur lui. Je ressentais une grosse bosse qui appuyait sur mon sexe et ça m'excitait un max.

On se frenchait encore à pleine bouche et ses mains ont passé sous mon chandail pour le remonter jusqu'à mon cou.. Il ne fallait pas tout enlever, juste tasser l'essentiel.. Il a remonté aussi mon soutifs pour faire apparaître mes deux seins lourds.. Et il se les ai foutu dans la bouche.. Il me suçait les mamelons bien fort, me mordillait un peu et m'agrippait en même temps les fesses qu'il me faisait frotter sur sa queue. Je sentais ma culotte totalement mouillée.. Quelle chance de porter une jupe ce soir..

J'avais pourtant des leggings et j'ai dû faire des acrobaties pour enlever mes bottes et mes collants. Il faisait très chaud maintenant et les vitres s'embuaient peu à peu. J'avais peur de me faire prendre mais en même temps, la situation m'enflammait à fond. Je suis passée devant pour avancer les bancs un peu, j'avais besoin de place, j'avais envie de le sucer.. J'ai plongé ma main dans ses jeans, toujours en le regardant dans les yeux, ses yeux brillaient et il se mordait la lèvre.. J'en ai ressorti son sexe bien bandé.. Et oh! Putain, il avait une grosse queue. Comment j'avais pu passer à côté de ça avant...

J'avais son gros sexe en érection dans la main et j'en bavais tellement j'avais hâte de l'avoir dans ma chatte. Mais avant je voulais l'exciter encore plus et lui faire profiter de ma bouche habile. Je me suis agenouillée par terre et je l'ai léché comme une glace.. Il goûtait un peu salé, et ça sentait la queue, rien de moins. J'aime cette odeur qui m'emplit les narines qui me fait sentir chienne, le cul sortie et la langue aussi. Je le prenais du mieux que je pouvais, profondément dans ma gorge et il me tenait par la crinière, me donnant un rythme à son goût.

Il me disait wow j'aurais jamais cru que je finirais pas me faire sucer par toi, tu sais il m'est arrivé de penser à ta bouche de cette façon mais je n'avais jamais osé demander. Fuck si j'avais su que tu suçais de la sorte.. Il m'excitait trop avec ses paroles que je dû me mettre la main dans la culotte.. Je me branlais pendant que je l'aspirais et mon autre main s'activait à lui masser les couilles qu'il avait toute serrées.

Il a fouillé dans sa poche et m'a dit, petite cochonne, tu sais qu'il va falloir que je te prenne, j'en ai eu tellement envie et c'est maintenant que ça se passe. Je l'ai regardé et je lui ai dit d'accord, j'ai très envie moi aussi mais avant, je veux que tu me lèches. Je me suis levée pour me retournée et, appuyé sur les sièges avant, je lui ai présenté mon cul et j'ai courbé le dos le plus que je pouvais pour lui offrir ma chatte. Il n'a pas bronché et a fourré son nez entre mes jambes, sa langue frétillant sur mon clitoris.

Je devais lui dégoûter dans la face tellement j'en pouvais plus, il me donnait des grands coups de langues, partant de mon clito et se rendant à mon anus rose.. Petit vilain, je savais pas qu'il se plairait à me lécher le cul. Je me suis retourné et d'un signe de tête, il a compris que c'était le temps de mettre la capote. Il se l'est enfilé d'une seule main, je lui ai embarqué dessus et doucement, je me suis laissée glisser sur sa verge gonflée.

Ah putain c'était bon, j'avais l'impression de me faire écarteler.. Son gros sexe perçait ma chatte qui n'avait rien reçu depuis trop de jours, je l'ai pris jusqu'au bout, laissant complètement tout mon poids sur lui, sans me retenir. J'étais appuyée sur mes genoux et je sautillais sur lui, par petit coup, et il m'aidait, ses mains sur mes hanches, à me lever et à me faire retomber sur lui, plus fort à chaque fois. Sous mes mouvements, mes seins sursautaient en l'air pour retomber pesant et ça m'excitait ça aussi. J'aime sentir tous mon corps bouger, j'ai me faire rider solidement et j'aime aussi quand c'est moi qui ride.

Je peux ainsi me laisser aller et lui en faire voir de toutes les couleurs. À le sentir si bien comme ça en moi, je savais que j'allais venir rapidement.. Lui aussi prenait son pied à fond et je pense qu'il était sur le point de jouir.. Il gémissait fort de sa voix rauque et ses doigts pénétraient de plus en plus ma peau, il me prenait sauvagement et il bougeait maintenant lui aussi, les pieds bien ancrés au sol, il remontait son bassin à chaque fois que je descendais sur lui. Ah fuck c'était tellement bon, c'était violent et intense comme j'aime si bien, on transpirait tous les deux et on s'amusait tellement.

Je l'ai averti que je jouirais très bientôt, il m'a confirmé que lui aussi, il m'a dit fuck je vais exploser en toi tu peux pas imaginer, tu aimes que je te baise, tu avais envie de ça toi aussi petite cochonne.. Et moi de crier oui oui oui.. Et j'ai finalement jouis et il m'a suivi de peu. On était vraiment à bout de souffle.. On ne voyait même plus à l'extérieur.. Je me suis laissée tomber sur le côté, on était assis un à côté de l'autre derrière la voiture, son sexe reposant sur son ventre et ma chatte bien à l'air. J'ai retrouvé ma culotte et mes leggings, remis mes bottes et l'ai regardé.. Tu me déposes chez moi?

4 commentaires:

Philoslut a dit…

Je vois qu'on est deux a aimé revenir voir le sol ou on a grandit parfois. Ca donne des rencontres... intéressantes :)

Nelson a dit…

Truculent !

Anonyme a dit…

ayoye..... sa me rapelle mes histoires........... tjrs tres plaisant de revenir en region........ bonne annee

Alexandra a dit…

@philoslut : Tout à fait! J'ai bien apprécié mon retour aux sources..

@nelson : Merci!

@anonyme : Bonne année à toi aussi!

Enregistrer un commentaire

J'aime beaucoup avoir vos commentaires, questions, conseils ou autres...